Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 août 2022 5 19 /08 /août /2022 11:53

LA PATROUILLE DU TEMPS

(GUARDIANS OF TIME)

Poul Anderson

1960

 

Edition J’ai Lu 1982, contenant : La patrouille du temps (The Time Patrol, 1956), Le Grand Roi (Brave to Be a King, 1959), Echec aux Mongols (The Only Game in Town, 1960) et L’autre univers (Delenda Est, 1955). Traduit de l’anglais par Bruno Martin, Michel Deutsch et Roger Durand.

 

Poul Anderson a développé le « cycle » de La patrouille du temps en plusieurs romans et nouvelles. Les quatre textes réunis dans cette édition sont parmi les premiers qu’il consacra à cette série. Résumons : dans le futur, l’homme découvrira le moyen de voyager dans le temps mais cette aventure ne va pas sans risque et une Patrouille du Temps sera créée pour garantir l’existence de la trame historique et empêcher qu’elle ne soit modifiée d’une façon qui entraînerait des conséquences majeures. Anderson postule que des changements mineurs ne modifient pas profondément le fil historique, qui tend à reprendre sa forme initiale ; en revanche, certaines modifications peuvent avoir des effets importants, mettant en danger l’existence même du futur tel qu’il a déjà été vécu. Les héros que mettent en scène ces romans et nouvelles ont donc pour mission d’intervenir dès qu’un tel changement a lieu.

Le protagoniste des quatre nouvelles de cette édition J’ai Lu 1982 est Manse Everard, dont le lecteur fait la connaissance dans La patrouille du temps et qu’il retrouve dans les trois récits suivants, à chaque fois associé à un partenaire différent et transporté dans une époque différente. La patrouille du temps définit le cadre dans lequel se déroulent les aventures des agents : les conditions du voyage dans le temps, la présence des Daneeliens qui, depuis leur époque située plus d’un million d’années dans le futur contrôlent les agissements de la Patrouille, les différents gadgets utilisés par les agents pour mener à bien leur mission (le saute-temps, sorte de moto permettant le voyage, l’arme paralysante). Originaire lui-même du New York de 1954, Everard fait ses premières armes dans cette nouvelle puis est nommé agent non-attaché, libre de voyager d’un point du temps à un autre pour remplir des missions diverses. Qu’il s’agisse de découvrir et de réparer une anomalie dont on a relevé les conséquences dans un temps futur, ou de sauver un explorateur égaré, Everard est l’homme de la situation : dans le recueil, il combat lors des Guerres Puniques pour empêcher les Scipions d’être tués, rencontre le Grand Roi de l’empire perse Cyrus, affronte des Mongols qui en explorant l’Amérique risquent d’altérer profondément l’avenir du monde et découvre un futur radicalement transformé, un « autre univers » qui n’aurait jamais dû exister et qui ne doit pas survivre à la « réparation » dont Everard est chargé.

Menées dans le style space opera, fluide et léger, les aventures de la patrouille du temps constituent un divertissement sans prétention qui conduit le lecteur d’une époque à l’autre, avec une certaine naïveté évidemment aujourd’hui, plus de soixante ans après leur écriture (Star Trek n’existait pas encore), mais un ton primesautier qui conserve aux histoires leur légèreté. Poul Anderson s’amuse avec les paradoxes temporels devenus l’évidence du genre (si je voyage dans le passé et tue mon père, puis-je encore exister pour retourner dans le passé ? ce genre de choses) et l’idée d’univers parallèles constitués par toutes les autres trames possibles, en puisant dans l’Histoire pour donner corps à chaque aventure et en introduisant quelques personnages féminins pour ménager un minimum de romance. C’est malin et ludique, idéal pour faire un peu d’Histoire tout en s’amusant.

Thierry LE PEUT

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires