Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 juin 2011 6 18 /06 /juin /2011 11:43

La Citadelle des Neiges, par Matthieu RICARD

NIL éditions, Paris, 2005 - Pocket, n°13100, 2007

 

Merci à Brigitte et à Ron de m’avoir porté vers cet auteur.

 

 

Ouverture au bouddhisme par le conte 

Matthieu Ricard - citadelle des neigesLa Citadelle des Neiges se présente comme un conte. Mais, écrit par Matthieu Ricard, fils du philosophe Jean-François Revel, biologiste devenu moine bouddhiste et interprète du Dalaï-Lama dans ses déplacements à l’étranger, il est nourri par une vie consacrée au bouddhisme. Il s’agit donc d’un conte ardu pour les enfants, et qui s’adresse plutôt aux adultes. Le conte accompagne le cheminement initiatique de ses héros ; celui-ci ne déroge pas à la règle. Il suit le parcours d’un jeune garçon, Détchèn, « un enfant bon et compatissant » (quatrième de couverture de l’édition Pocket) qui un jour suit un ermite dans la montagne, et bénéficie des leçons du maître Tokdèn Rinpotché, consacrant dès lors sa vie à la méditation, se mettant ensuite au service des autres. En contant son histoire, c’est au lecteur que Matthieu Ricard propose une initiation à la sagesse bouddhiste.

 

Le récit est rigoureusement découpé en neuf chapitres, de l’enfance de Détchèn dans son village, où il prend conscience de sa compassion envers les hommes et envers les animaux, et de sa communion avec l’ensemble du vivant. Détchèn souffre avec les bêtes que l’on fait travailler dans les champs, et un sourire, une parole généreuse, sont pour lui comme une inspiration d’air pur. Sa nature compatissante trouve un point d’ancrage en la personne de son oncle Jamyang, auquel un jour le confient ses parents, tristes de se séparer de lui mais heureux de lui offrir une vie de contemplation, car ils sont conscients que c’est ce qu’il recherche. Du voyage de Détchèn dans la forêt, où il reçoit les premiers enseignements de son oncle Jamyang et tire de l’observation du monde des leçons tout aussi importantes, à l’arrivée à la Citadelle, « un immense cirque de parois rocheuses surmontées de crêtes aux neiges éternelles, qui formait un cercle presque parfait enserrant une plaine de bruyères et de forêts de sapins », le parcours de l’enfant invite le lecteur à s’ouvrir lui aussi au monde, à la nature, aux êtres, et le prépare à la rencontre avec le maître Tokdèn Rinpotché.

 

Matthieu Ricard s’est inspiré de personnes réelles : « Leur histoire est une mosaïque d’événements vécus dans un passé récent ou lointain par moi-même et par d’autres », explique-t-il à la fin du récit. Cela confère à La Citadelle des Neiges une authenticité et une sincérité qui en rendent la lecture captivante, autant qu’elle est rendue aisée par un style et un déroulement limpides. « La Citadelle des Neiges existe », ajoute l’auteur, « mais j’en tairai le nom. »

 

Elle existe en fait, d’abord, en chacun de nous. Le parcours personnel de Matthieu Ricard est celui d’un homme élevé dans une famille de libres-penseurs, formé aux méthodes scientifiques, et qui a ensuite décidé de chercher un sens à la vie dans la foi bouddhiste. Un parcours exceptionnel dont on sent la force à chaque page de La Citadelle des Neiges, dans les pas du héros empli de compassion, de dévotion et d’amour.

Thierry LE PEUT

 

Citations :

 

« Sans sagesse, tu perçois tout de travers, et sans compassion, ta sagesse ne vaut pas grand-chose. » (Jamyang à Détchèn)

 

« Chaque roc, chaque grotte, chaque rivière portaient une histoire. Ici un ermite avait médité, là un saint avait laissé l’empreinte de son pied dans le rocher, là encore résidait une divinité du lieu. La terre était sacrée, le ciel était sacré. » (Lors du « voyage dans la forêt », vers la Citadelle)

 

Le maître Tokdèn Rinpotché « était l’exemple vivant de ses enseignements. Sa bonté et sa douceur coulaient des profondeurs de son être. »

 

« Il ne doutait jamais du chemin, mais parfois de lui-même et de sa capacité à le suivre. » (De Détchèn, au cours de sa méditation)

 

et ma préférée peut-être :

 

« Au réveil, il s’asseyait le dos droit, car une posture corporelle équilibrée facilite la concentration et évite de succomber à la torpeur comme à l’excitation mentale, les deux défauts majeurs qui nuisent à la clarté et à la stabilité de la méditation. »

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Bloggieman - dans FRANCE littérature
commenter cet article

commentaires

Bloggieman 18/06/2011 15:48


En effet. C'est un homme très intéressant. J'ai commencé à lire ses entretiens avec son père JF Revel, sous le titre Le Moine et le Philosophe. C'est parfois ardu, mais passionnant. La Citadelle
des Neiges est atypique dans la production littéraire de M. Ricard. C'est sans doute ce qui m'a donné envie de commencer par là !


steph 18/06/2011 12:36


Je n'ai pas lu "La citadelle des Neiges" ; de matthieu Ricard, je connaissais un autre livre, un essai sur la méditation, "L'art de la méditation", c'est à dire la pratique de la méditation fondée
sur l'amour altruiste, la compassion, le dévelloppement des qualités humaines ; également, Matthieu Ricard s'est intéressé avec un astrophysicien Trihn Xuan Thuan aux rapports
science/philosophie/éthique pour une évolution spirituelle de chacun d'entre-nous. Ce très beau livre de chevet s'appelle "L'infini dans la paume de la main"


Présentation

  • : Le Blog de Bloggieman
  • : Livres, films, séries, société : Bloggieman vous livre ses impressions.
  • Contact

Rechercher

Pages