Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 octobre 2009 3 07 /10 /octobre /2009 10:02
UN CRIME PARFAIT, de David Grann
Allia, 2009, 3 €

Le visage de la vérité
Sous-titré Un polar postmoderne, ce petit opus de David Grann - publié en petit format chez Allia - propose une histoire criminelle restituée avec la minutie d'un article de journal. Grann est d'ailleurs journaliste au New Yorker. Tout commence par le compte rendu du crime, jusqu'au classement de l'affaire, faute d'éléments suffisants pour désigner un coupable. Le crime, c'est le meurtre d'un homme, un homme apparemment sans histoire, et sans ennemi. Mais ce classement n'est que le début de l'investigation relatée par David Grann : des années plus tard, un inspecteur de police réouvre le dossier, relance l'enquête... et tombe sur une piste prometteuse.

Toute cette histoire se passe en Pologne, lieu assez inhabituel pour retenir l'attention au premier abord. Le "héros", l'inspecteur Jacek Wroblewski, 38 ans - que ses collègues appellent Jack Sparrow, comme le personnage incarné par Johnny Depp dans Pirates des Caraïbes, parce que c'est grosso modo la traduction de son nom en anglais -, est un détective tenace, du genre à ne rien lâcher s'il tient une piste.

Voilà les conditions de l'histoire en place. Une fois sur la piste du coupable, le détective opiniâtre est déterminé à aller jusqu'au bout... dût-il se tromper. Car c'est là que réside l'intérêt principal du récit de Grann. Les déductions de l'inspecteur sont troublantes, et plus encore lorsque les faits semblent venir les confirmer. Pourtant, le doute subsiste jusqu'à la dernière page. Et il subsiste d'autant plus que la victime est trop belle. Personnage paradoxal en partie défini par son goût de la provocation et ses inspirations philosophico-littéraires plus ou moins nihilistes, le coupable désigné a principalement contre lui l'unique livre qu'il a écrit, dans lequel l'inspecteur puise la matière de ses déductions. L'invention littéraire devient le principal argument de la vérité construite par le détective.

Le récit se construit autour de cette notion de vérité, d'autant plus difficile à découvrir que le coupable idéal est habité par la conviction qu'un mensonge suffisamment crédible et répété n'est rien d'autre qu'une vérité nouvelle, créée de toutes pièces. Et si la vérité du détective n'était rien d'autre qu'une invention plausible, mais une invention tout de même ? Si la vérité qu'il construit à partir du livre, et même si elle le mène à mettre au jour des faits qui la confirment et l'étayent - si cette vérité qui conduit à la condamnation d'un homme n'était finalement qu'un mensonge ? "Ils ont construit cette réalité et maintenant ils me forcent à y vivre", déclare dans sa prison le coupable désigné, prêtant sa voix au spectre glaçant de la manipulation ultime, celle qui finit par substituer une réalité à une autre.

Un livre à lire et à méditer, à la lumière de la phrase qui occupe sa quatrième de couverture : "L'art de duper ses pairs est le visage même de la vérité." TLP

Partager cet article

Repost 0
Published by Bloggieman - dans US littérature
commenter cet article

commentaires

Bloggieman 10/10/2009 19:57


L'existence de Dieu est un mystère dont la clé repose certainement dans les mains de Dieu. Ce qui est, après tout, la base d'un roman policier. Mais vous aurez compris qu'il n'y a ici que
divagation, aussi folle que les prévisions météo qui annoncent la pluie la semaine prochaine. Bonjour chez vous.


Jongil 07/10/2009 22:22


Du fabliau couillu au roman policier qui doute : en voici des lectures variées !
Mais prenez-vous au moins suffisamment le temps de profiter de la course des saisons en regardant la météo à la télévision ?
Et moi, vais-je laisser un second commentaire avec les corrections à apporter au premier ?
Et quid de l'existence de Dieu (entre autre choses) ?


Présentation

  • : Le Blog de Bloggieman
  • : Livres, films, séries, société : Bloggieman vous livre ses impressions.
  • Contact

Rechercher

Pages