Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 juin 2009 2 09 /06 /juin /2009 23:25

NEIGE, par Maxence Fermine
Points, Seuil, 2000

Pages blanches
"Yuko Akita avait deux passions.
Le haïku.
Et la neige.

Le haïku est un genre littéraire japonais. Il s'agit d'un court poème composé de trois vers et de dix-sept syllabes. Pas une de plus."

Ainsi commence Neige, le roman de Maxence Fermine, son premier livre (il en a publié d'autres depuis). Neige est un beau livre. Un de ces livres où (non, sans blague !) le travail des mots révèle un goût des mots, un goût de la phrase, une attention au rythme, un plaisir d'écrire qui peut s'offrir et s'éployer en plaisir de lire.

La phrase de Maxence Fermine, souvent s'ouvre et se révèle comme les fleurs japonaises de Proust. En un déploiement à la fois serein et ciselé.

On goûte ainsi le charme reconstitué de la culture japonaise, à travers ce roman (français) inspiré d'une forme littéraire typiquement japonaise, le haïku. Quand on dit "typiquement japonaise", cela ne veut pas dire qu'il ne s'en trouve pas d'équivalent dans d'autres cultures ; il existe TOUJOURS des liens secrets, intimes même si accidentels, entre les cultures. Cela veut dire, simplement, que le haïku est aussi lié à la culture japonaise que ses jardins savants, ses samouraïs et ses bonzaïs.

Neige retrouve cela, mais n'est pas hermétique pour autant. C'est un roman qui s'épanouit en chapitres de longueurs inégales, très courts ou plus longs. Au rythme du narrateur, des narrateurs même, et de l'histoire de son héros : Yuko a décidé d'être poète. C'est le but de sa vie mais il ne s'arrête pas là : poète, il ne chantera que la neige. Telle sera sa vie, tout entière consacrée à chanter la neige à travers de multiples haïkus qu'il n'écrit que l'hiver.

Mais il manque à la poésie de Yuko quelque chose qu'il ne possède pas : de la neige il chante admirablement la blancheur ; mais sa poésie, lui dit-on un jour, sa poésie manque... de couleurs. Sa poésie est chant, elle est danse, elle est musique, elle est calligraphie... mais elle ne sait pas être peinture.

Et s'il ne s'agissait que de cela !

Mais pour apprendre à être peintre Yuko doit faire un long voyage, rencontrer un grand peintre aveugle, le plus grand peintre de la couleur (mais oui), et rencontrer l'amour. Sous des formes inattendues et poétiques. Amour de neige, de glace, qu'il ne trouvera qu'au sein de la mortelle blancheur.

Ne vous laissez pas tromper par les mots... Lisez vite ce court roman qui a déjà conquis un large public ! Paraît-il.  TLP

Partager cet article

Repost 0
Published by Bloggieman - dans FRANCE littérature
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le Blog de Bloggieman
  • : Livres, films, séries, société : Bloggieman vous livre ses impressions.
  • Contact

Rechercher

Pages